• Divers Randonnées

    Ferme Durand & Cabane Laura

    Écrit par PINCHI Philippe

    La météo n'étant toujours pas propice à faire du vélo, je décide d'aller faire une rando pédestre. Mon chien Tyron sent qu'il va être du

    voyage et remue la queue. La Ferme Durand et la cabane Laura seront mes objectifs.

    Seyssinet-Pariset (215mt) sera mon point de départ. Nul besoin de prendre la voiture, je vais m'attaquer à une jolie rando sur les

    contreforts du Vercors. Direction le parc Karl Marx (tennis de Fontaine) et j'attaque un agréable sentier qui me permet de rejoindre très

    rapidement le hameau des Vouillants (317mt). Puis direction la ferme Raymond (391 mt), puis le ball-trap de Fontaine et la ferme Froussard

    (480mt). Les choses sérieuses commencent, le sentier est plus pentu. La neige ne facilite pas les choses, je glisse souvent. J'apercois un,

    puis deux chamois, mais ils sont trop loin, je ne peux pas prendre de photos. En désespoir de cause, je réussis à prendre une bête qui

    m'attendait.

    Ferme Durand & cabane à Laura

    Je continue ma progression. Le soleil tarde à se montrer. Au Ball trap, un garde forestier m'a dit (en regardant son alti/baromètre) qu'il

    faisait -9°. Je surplombe Sassenage, et entend un club de tir s'entrainer. Encore un effort et je débouche sur le sentier qui permet de

    redescendre vers le barrage d'Engins, où redescendre sur Sassenage par Pont Charvet.

    Ferme Durand & cabane à Laura

    Je monte encore quelques mètres pour prendre en photo la ferme Durand qui culmine à 850mt.

    Ferme Durand & cabane à Laura

    Le vent glacial ne me permet pas de rester trop longtemps. Je reprends la direction de parc Karl Marx.

    Ferme Durand & cabane à Laura

    Mais avant, je vais refaire un petit crochet vers la cabane Laura. Inutile de la chercher sur une carte, elle n'y figure pas. Ce sont deux

    ramasseurs de champignons qui m'en avaient expliqué l'accès. L'histoire de cette cabane/refuge est la suivante: un papa avait voulu faire

    plaisir à sa fille Laura en lui construisant cette cabane. Inlassablement au fil des jours, il avait transporté les matériaux nécessaires à cette

    construction. A l'intérieur on y trouve un cahier où l'on peut écrire quelques mots . En consultant le web, j'ai lu qu'un cahier vieux de 22 ans

    y avait été brulé. C'est dire, que même dans le monde de la montagne, on trouve des imbéciles.

    Ferme Durand & cabane à Laura

    N'est-elle pas belle?

    Ferme Durand & cabane à Laura

    Voyez sur la droite ce grand anneau implanté entre Drac et Isère: le Synchrotron.

    Ferme Durand & cabane à Laura

    Puis l'intérieur.

    Comme à chaque passage, j'ai griffonné quelques lignes sur le cahier.

    Puis je suis redescendu, non sans prendre quelques bûches. Est-ce bien prudent? A l'heure où j'écris, mon chien ronfle, il est comme

    son maitre: KC

     

     

    Le Petit Som

    Écrit par JEANNIER René

     

    A défaut de vélo cette semaine pour cause de température négative, une sortie raquette est prévue dans la zone du Désert du

    Silence de Chartreuse:

    Le Petit Som, avec comme variante au retour: le habert de Billon et la plaine de Chartroussette (dénivelé de 1150 mt environ).

    Parking du musée de la Correrie (alt 838mt).

    Nous vérifions que nous sommes tous équipés de notre dispositif de détecteur de victimes d'avalanche (ARVA) et que celui-ci est bien

    allumé.

    La quantité de neige est impressionnante en Chartreuse. Nous ne sommes pas les seuls randonneurs en peau de phoque, la section

    de chasseurs alpins du 93 ème RAM est également en exercice.

    Nous empruntons la route forestière qui passera successivement devant le Couvent de la Grande Chartreuse, puis Notre Dame de

    Casilabus pour rejoindre dans un premier temps le refuge du Habert de Bovinant (alt 1660mt).

    Le Couvent de la Grande Chartreuse

    Divers

    2,5 kms est la distance qui sépare la Correrie, notre lieu de départ, à celui du refuge du habert de Bovinant.

    Le temps donné par les panneaux indicateurs est de 1h50.

    Pas de replat, nous commente l'organisateur de la sortie, mais que du dénivelé jusqu'au Petit Som, (pour l'avoir fait, je confirme...).

    Chapelle templière Notre Dame de Casilabus

    Divers

    Vue du Petit Som avant le refuge du habert de Bovinant

    Divers

    Le refuge du Habert de Bovinant (alt 1660mt)

    La hauteur de neige recouvre pratiquement le refuge. A sa droite, direction le Grand Som et à gauche le col de Bovinant, puis descente

    sur le Petit Som.

    Divers

    Le Grand Som vu du col de Bovinant

    Divers

    On s'engage sur la ligne de crête au sommet du col de Bovinant pour admirer le paysage.

    Divers

    Retour au couloir d'accès pour le Petit Som vers la ligne de crête.

    Divers

    Le Petit Som avec sa croix sur la ligne de crête où un vent infernal nous attend.

    Divers

    Quelques autres paysages sublimes autour du Petit Som.

    Divers

    Divers

    Variante sur le retour par la plaine Chartroussette

    Divers

    Fleurs de cristaux Plaine de Chartroussette

    Divers

    Divers

    La Chapelle St Bruno

    Divers

     

     

    Le lac de la Courbe

    Écrit par JEANNIER René

    Sortie raquettes au lac de la Courbe.
    Situé à 2450m d'altitude, il est au pied du Taillefer au-dessus du lac Brouffier. Le départ du sentier est sur la commune de l’Alpe

    du Grand Serre. Cette sortie est plutôt destinée à la pratique du ski de rando que de la raquette. Dans les guides topos, elle est cotée

    deux et parfois trois par endroits. L’intérêt de cette sortie est le sublime panorama que l’on aperçoit sur la bosse qui domine le lac de

    la Courbe. Une fois arrivé vous voici entouré des massifs de l’Oisans, du Dévoluy, de la Matheysine, du Trièves, du Vercors,

    de la Chartreuse et au loin par beau temps du sommet du Mont Blanc.

    Station de l’Alpe du Grand Serre. Départ par –9°, arrivée au lac de la Courbe par +19° à la pause repas.

    Divers


    Peu d’intérêt à la montée, quelques passages agréables en sous-bois  pour accèder à une très grande prairie,  puis une très très longue 

    bosse à ne plus en finir.

    Divers

    Allez, un peu d’effort pour ceux qui veulent faire cette balade, il vous reste à parcourir deux fois cette distance, sans replat, pour atteindre

    le lac de la Courbe. 980M de dénivelé en 2H50mn et compter 2H15mn de descente en passant par la Cabane du Louvet et le Pré des Dames

    Divers

    Le lac du Brouffier n’est pas très loin.

    Divers

    Le voici en contre bas sous la glace, sous la neige avec son refuge.

    Divers

    Nos estomacs crient famine. Le cairn sera notre point de chute pour la pause repas et quelques photos, les 200 derniers mètres pour

    atteindre le lac attendront.  

    Divers
                                           

    Le vent est habile et réalise de merveilleuses fresques.

    Divers

    Divers

    Terminons les 200 derniers mètres.

    Puis un tour d’horizon sur l’Obiou, le Tabor, le Mont Aiguille et le Grand Veymont.

    Divers

     

    Les Deux Sœurs vu autrement qu’en vélo.

    Divers

                                                             
    Comme il est dit dans le site de l’Ussct : "Il n’y a pas que le vélo".

     

    Vous avez dit "musculation"

    Écrit par PINCHI Philippe

    Afin d’entretenir ou de parfaire leur condition physique, plusieurs sociétaires se retrouvent les lundis et jeudis entre 9h et 11h à la Halle

    des Sports Jeannie Longo.Ces petites séances permettent de faire travailler l’ensemble des muscles, qu’ils servent ou non à la pratique

    du vélo. De grandes discussions, de la bonne humeur, une bonne ambiance, une p'tite dose de moraline et de motivex sont les ingrédients

    d’un entrainement réussi.

    Divers

    Et ces séances auront eu au moins le mérite de faire prendre conscience à Jean-Paul de porter un casque quand il pédale !

    Divers

     

     

    Pot de clotûre à l'Ussct

    Écrit par PINCHI Philippe

    Photos par PINCHI Philippe / GUILBAULT Jean-Paul

    Ce matin, nous avions prévu de clôturer la saison avec une sortie un peu plus difficile qu'à l'ordinaire: La montée du Mont St Martin, soit

    6 kilomètres de montée avec une pente moyenne de 10-11%. Bon, je regrette et suis persuadé d'avoir poussé le bouchon un peu loin

    en proposant cette sortie. Bilan: zéro personne au départ. Certes, il pleuvait... Mais ne dit-on pas que "La pluie du matin n'arrête pas le pélerin?".
    J'avais aussi fait une précision dans le dernier compte-rendu, "Rappel: La dernière sortie calendrier du samedi 27 octobre sera suivie par un

    apéritif offert par Jean B. qu'il pleuve ou non".
    Etaient présents: Claude et Jean B, Françoise et Joseph V, Marc G, Louis C, Charles R, Robert R, Jean-Paul G, Pascal M, Jean-Marie K, René J, Benny C,

    André J et moi-même.

    Merci à Claude et Jean qui avaient préparé de très bonnes choses.

    Divers

    Nous avons aussi dégusté un très bon champagne et chacun avait des anecdotes à raconter sur la saison écoulée.
    René nous a fait part de son état de santé relatif à sa récente fracture.
    Marc, tel un enfant qui adore se déguiser, n'a pu attendre la journée d'Halloween pour faire le clown.

    Divers

    Charles, on le sait, fait toujours "le métier" et surveille toujours autant son alimentation.

    Divers

    Et Jean qui voulait nous faire croire qu'il était entré dans sa septième dizaine d'années. Allez, cesse tes balivernes....

    Divers

    Toutefois, l'Ussct toute entière attend avec impatience ta huitième dizaine d'années.
    Aussi, ce matin pour effacer toutes ces calories, je suis allé me promener en forêt avec mon caniche

    Divers

    et au retour j'ai écrit

    ces quelques lignes. Je profite aussi de l'occasion qui m'est donnée pour écrire un petit mot (c'est tellement rare...): Je languis

    la nouvelle saison, les magnifiques sorties qui vont nous être concoctées et de retrouver cette formidable ambiance qui nous a accompagné toute l'année.
    J'espère aussi du fond du coeur que cette nouvelle saison sera l'année "zéro accident".

     

    Repas commémoratif La Grave 2012

    Écrit par CIGNO Louis

    Photos par GUILBAULT Jean-Paul

    Divers

    Vendredi 5 octobre. Je sors mon vélo de ma cave où il sommeillait depuis 5 mois. Dépoussiéré, sept bars dans les pneus, éclairage et le

    voilà prêt pour me conduire en pèlerinage à la GRAVE en souvenir de RICHARD et NOËL. L'année dernière nous étions trois, NOËL,

    ISA et moi. Demain je serai seul.
    Samedi 6 octobre. Il fait encore nuit à 7h quand je prends le départ. Equipé du gilet de sécurité, bracelets fluos aux chevilles,

    spot rouge supplémentaire derrière le casque, la sécu maxi... Un coup d’œil au thermomètre 12°. Je pédale de nuit jusqu'à VIZILLE.

    Sur le 40X17 j'ai pas perdu le coup de pédale mais chaque fois que je sens une voiture arriver dans mon dos je serre les fesses.

    A 9h30 je suis à BOURG D'OISANS. Je mets le 40X23 pour m'attaquer à la RAMPE DES COMMERES. Au barrage du CHAMBON

    les cafés sont fermés comme l'année dernière. Je grignote une madeleine et, petite gâterie, un nougat. Après 10 minutes je repars.

    Deux cyclistes me doublent juste avant d'entrer dans un tunnel. Maillot noir, sans gilet fluo ni éclairage, de vrais fous. Je ne vais pas

    épiloguer sur ces inconscients. Je continue mon ascension sur le 40X19. Malgré l'altitude il fait bon, les arbres n'ont pas encore revêtus leur

    parure d'automne mais le paysage est toujours aussi grandiose. Je passe sur le 40X21 pour les quatre derniers km jusqu'à LA GRAVE que

    j'atteins à 11h45. Ce que j'ai ressenti en accomplissant ce pèlerinage je ne peux le partager mais je devais le faire et ça m'a beaucoup apaisé.
    Sur le parking de la GRAVE avec vue imprenable sur le glacier de la MEIJE je retrouve les amis qui sont montés en voiture.
    Les fondateurs du club du 1er sociétaire des années 70 jusqu'au dernier adhérent qui n'a pas connu RICHARD mais qui a tenu à

    s'associer à cette journée : GILOU – LE LOUP – LE FAN – LA VENTOUSE – BULO – DIDER BONNET – MARC – DOMINO et MARIE-CHRISTINE CHEVALIER – FRANCOISE  ET JOSEPH VALENZA – JEAN FANTINI – IZA – GERARD DIDERON – JP GUILBAULT – ERIC  PEREZ – DANIELLE.
    C'est sous un chaud soleil radieux que nous prenons possession de la terrasse du restaurant "LES GLACIERS" pour l'apéro suivi d'un bon repas dégusté

    dans une chaleureuse ambiance.
    Vers 16h nous sommes tous redescendus en voiture.
    Rendez-vous est pris pour l'année prochaine en souvenir de nos amis trop tôt partis. On ne vous oublie pas, vous êtes toujours

    dans nos pensées.

    Divers


    Ptit Louis.

     

     

    Vous avez dit: A table !!!

    Écrit par PINCHI Philippe

    Pour cette nouvelle année 2013, gageons que l'organisation de nos casse-croutes mensuels ne posera aucun problème à nos deux retraités qui s'adonnent avec plaisir à une même passion: LA CUISINE...
    Que ce soit, des bugnes, tuiles aux amandes, palets aux chocolats et encore galettes des rois, aux pommes, au beurre salé, rien ne les arrête.
    Nul doute qu'ils auront à coeur l'envie de partager avec nous leur savoir-faire.
    Et, sachez que toute personne de l'Ussct ou non sera la bienvenue, si elle accepte le temps d'une soirée de nous préparer un petit mange-mange.

     Divers

    Les reconnaissez vous ???

     

    Le bois des Vouillants

    Écrit par PINCHI Philippe

    Le temps est clair et dégagé, mon chien Tyron sait que demain matin nous retournerons dans Les Vouillants.

    Divers

    Certes, je ne randonne pas en Vanoise ni dans le Mercantour, mais à proximité de chez moi sur les contreforts du Vercors et croyez moi, c'est tout aussi beau.
    Huit heures je quitte l'appart, et attaque très rapidement la montée vers Seyssinet Village. Au feu, je prends à droite et retrouve un sentier qui se greffera plus haut sur le "chemin du Génie". Les flocons font leur apparition, je monte vers la "ferme Froussard" (480mt). 

    Divers

    De cet endroit, plusieurs directions possible. La Tour Sans Venin, La ferme Durand, le Ball-Trap et retour via le hameau des Vouillants et le parc Karl Marx, le pré Faure et retour vers Seyssinet village. J'opte pour la direction de la ferme Durand. Dans le premier pré que je contourne par la gauche, Tyron a repéré un objet insolite...

    Divers

    ...et essaie de l'attraper, et devant mon refus il boude.

    Divers

    Je poursuis et me dirige vers la gauche sur  le sentier qui mène au "coup de sabre"...

    Divers

    ...après avoir pris une photo que la Zab, Alain et Lionel (et tous les autres) devraient reconnaitre.

    Divers

    Ensuite, via le désert Jean-Jacques Rousseau.

    Divers

     

    Coincé entre deux falaises, le désert J.J.R. constitue un milieu très confiné. Si cet écrin minéral est bénéfique aux arbres en les protégeant des vents, il limite aussi la pénétration des rayons de soleil, le défilé étant souvent à l'ombre.

    Divers

    Pour satisfaire leur besoin en lumière indispensable à la photo-synthèse, les arbres ont du adapter une stratégie de développement. Pour sortir de cet espace et capter plus de lumière, leurs troncs sont hauts et élancés; ils portent des branches vivantes uniquement au sommet, là où l'éclairage est le plus constant.
    Au milieu du désert J.J.R. , se cache un hêtre exceptionnel pour la forêt locale. A l'abri des falaises il a bénéficié d'une atmosphère et d'un sol frais pour atteindre des dimensions proches de ses cousins montagnards. D'une hauteur de 32 mètres pour une circonférence du tronc de 2.8 mt, il domine largement ses voisins plus jeunes. Me voici de retour au parking ré-aménagé depuis peu de temps que l'on peut apercevoir lorsque l'on redescend de St Nizier par la Tour sans Venin.

    Divers

    Comme je ne dois rentrer trop tard, je redescends par le GR9.
    Nouvelle journée, il a neigé un peu la nuit, je ne trouve pas mes guètres, tant pis. Cette fois ci, j'emprunte le GR en sens inverse et il y a maintenant du brouillard. Je grimpe jusqu'à la Tour sans Venin et vais essayer d'admirer une des sept merveilles du Dauphiné...

    Cherchez l'erreur... 

    Divers

    Le peu de témoignages relatifs à ce lieu n'autorise que des hypothèses quant à l'histoire de cette tour dont seul subsiste un pan de muraille. Parmi les différentes légendes qui circulent bien qu'invérifiables en voici deux trouvées sur "wikipédia" :

    "Le seigneur de Pariset, revenant de croisade, rapporta un sac de terre ramassé auprès du Saint-Sépulcre. Le répandant autour du château, il débarrassa l'endroit des reptiles venimeux qui l'infestaient.".

    "Sans Venin marque la volonté de paix de la ville.".

    Divers

    La purée de pois se lève, et je poursuis ma route vers l'ancienne ferme des visons aménagée en site de promenades par les services techniques de la ville de Seyssinet-Pariset .

    Divers

    A ce propos, on peut lire sur un panneau: Promeneur, si tu es un homme tu admireras le paysage. Si tu es un âne, tu marqueras ton passage.
    Je croise des chasseurs qui se déplacent en 4x4 dans les bois. La chasse "moderne"...
    Je redescends maintenant vers la ferme Froussard qui est également une ruine. De nouveau, je rencontre des chasseurs, sans leurs chiens (interdit par temps de neige), qui traquent un chevreuil blessé. Au même moment, passe un groupe passionné de faune animale. Beaucoup sont équipés de longue vue.
    Les chasseurs sont "furax" car beaucoup trop de monde à leur gout. N'ont encore pas compris que beaucoup de gens préfèrent voir ces animaux vivants et non dans des assiettes.
    Je passe ensuite devant le ferme "Raymond" encore en activité. Leurs légumes sont vendus sur les marchés environnants.
    Je traverse ensuite le hameau des Vouillants et redescends jusqu'à Seyssinet en moins de 30 minutes.

    Nota: Toutes ces photos ont été prises cette semaine mais pas le même jour.

     

     

     

    Troc crêpes

    Écrit par PINCHI Philippe

    La Pause Gourmande.
    Selon Françoise l'aventure a commencé en 2010. Plusieurs sociétaires de l'USSCT se rencontrent tous les quinze jours à l'espace familles de Sassenage, situé en face de la mairie.
    Elle est accompagnée de René Jeannier, Bernard Gauthier et Alain Vincendon qui a décidé de rejoindre notre club depuis cette année.
    Or ce samedi cette association avait prévu d'organiser un ''Troc crêpes''. Concept qui m'a paru interessant en ce sens qu'en échange de l'apport de denrées non périssables une crêpe vous est offerte.
    Plusieurs commercants se sont associés à cette bonne cause en offrant tous les ingrédients nécessaires: les oeufs, farine, méga pot de NUTELLA et un boulanger leur a pétri la pâte à crèpes.
    J'ai eu le plaisir de manger deux crêpes préparées par Françoise et René.
    Gaby a également fait sa B.A.
    A l'issue de cette journée, 52 kgs de nourritures ont été déposés.
    Quelques mots sur le fonctionnement de cette association. L'animatrice "Dorothée" remet un programme des futurs préparations. En général, il ne s'agit pas de plats salés et il est demandé à chaque séance un euro de participation.
    Les prochains menus seront:

    • 12/03: crêpes au caramel au beurre salé
    • 26/03: chouquettes
    • 09/04: babas toutes sortes
    • 07/05: gâteau au carottes
    • 21/05: cupcakes
    • 04/06: Crumble aux fruits rouges
    • 10/06: nougat glacé
    • 02/07: profiterolles

    A souligner également la venue du patron du restaurant "La forêt noire" de Grenoble afin de leur donner quelques recettes et tours de mains. Miam miam !!!

    Divers

    Divers

    Divers

     

     

     

    Sortie ski de fond du 11 janvier 2015

    Écrit par BALLAY Claude

    Divers

     Nous sommes 11 au départ à 8h30 au lieu de rendez vous habituel à  Sassenage.
    Marie-Paule et Jean-Paul Bouvier, Agnès et Jean Pierre Lagier, Chantal Ander. , Michèle Boude accompagnée de Aline sa belle fille et Delphine une amie, Eric Perez, Claude et Jean Ballay.
    Nous organisons le co-voiturage et prenons la route direction Autrans. Petit crachin sur les pare brise, mais nous ne sommes pas inquiets le beau temps est annoncé.
    Arrivés au foyer de fond, nous retrouvons Charles qui va se joindre à nous et Nadine qui est gentiment venue nous faire la bise. Rapidement prises des forfaits, location des skis, et nous voilà prêt pour prendre la navette direction Gève car à Autrans la neige se fait rare.
    Charles a la lourde charge de coacher le groupe des alternatifs c’est aussi celui des moins expérimentés, voir novices... Le pauvre... Avec Michèle, Agnès, Jean Pierre, Jean et Claude.
    Le groupe des skateurs sera coaché par Jean-Paul, avec Marie-Paule, Chantal, Aline, Delphine, Eric.
    Arrivés sur place les ennuis commencent pour les novices. Comment fonctionnent les fixations ??? Je ne sais pas mettre mes skis !!!  Charles, Jean-Paul, les amis, help !!!  Quelques sourires un peu moqueurs des habitués, mais cela ne va pas nous décourager.
    Ou est Eric ? on l’a déjà perdu, c’est décidément comme en vélo... Pas d’inquiétude il connaît bien les lieux.
    Les coachs donnent l’ordre de  départ. Un pas, deux pas et pouf par terre, ça commence bien, il va falloir trouver la bonne position pour rester équilibrée sur ces skis si étroits, rien à voir avec les skis de piste bien stable.
    Un petit bout de route tous ensembles et nous laisserons les skateurs glisser à leur vitesse et se régaler. Il n’y a pas beaucoup de neige, mais elle est douce et facile.
    Charles en coach attentif nous ménage, nous n’emprunterons donc que des pistes faciles, petites montées et descente douces. Il nous prodiguera ses conseils que nous aurons bien du mal à mettre en pratique, bien laisser glisser les skis, plier les genoux, pas si facile...
    Petit à petit l’équilibre semble s’améliorer.  Personnellement je ne me sens pas très à l’aise coincée dans ses rails. Première descente, meuh... Pas très en confiance, équilibre un peu branlant mais ouf ça passe.  Charles est pour nous un vrai St Bernard, il nous montre le chemin, nous attend, retourne en arrière rechercher les derniers.
    Le soleil c’est maintenant levé c’est une superbe journée qui nous attend.
    Les pistes se croisent et s’entrecroisent ce qui nous permet de temps en temps de retrouver nos skateurs et faire un petit bout de chemin ensembles.
    Pour rejoindre le refuge ou nous nous sommes donnés rendez vous vers 11h45 nous empruntons une descente un peu plus marquée, facile pour les fondeurs confirmés, mais qui se termine par un virage qui permettra à certains d’entre nous de gouter la neige.
    Nous arrivons au refuge de Gève bien contents d’un peu de repos, l’équipe se retrouve au grand complet, une table nous a été réservée, le luxe.
    A peine installés nous avons le plaisir de voir arriver Marie-Thé qui est montée à pied depuis le parking Babois, et qui partagera avec nous ce moment de convivialité. Sympa de nous avoir rejoins malgré la frustration de ne pouvoir ce joindre à nous sur les skis, d’autant plus dur que sur la route d’Engin elle a doublé notre équipe de pointe qui s’attaque déjà à la montagne.
    Après avoir pris plat chaud, dessert et café, nous sortons pour la traditionnelle photo de famille. Marie-Thé repart sagement vers le parking et par la route cette fois pour éviter les risques de chute. Quand à nous, nous repartons sur les pistes mais tous ensembles cette fois. Les premières foulées après la pause sont un peu pénibles, sans doute trop mangé ou pause trop longue. Le soleil qui nous gratifie de sa présence rend la neige un peu liquide par endroit. Les novices sont un peu plus à l’aise en cette deuxième partie de journée le mouvement un peu moins crispé.
    Pour le retour, nos G .O. décident de nous faire redescendre jusqu’au parking Babois à ski, histoire de nous amuser sur une descente un peu plus marquée Les choses vont un peu se compliquer car la pente est plus raide, la piste étroite et la neige bien brassée pleine de gros bourrelés. Le chasse neige pas d’autre solution, nous conseillent les habitués, qui eux descendent facilement, sans encombre, mais dur dur pour nous dans cette mélasse quand d’autres skieurs encombrent un peu le passage. Les cuisses chauffent, les skis ne sont pas toujours conciliants et nous aurons droit à la chute pour la plupart d’entre nous, le meilleur moyen de s’arrêter. Nous arrivons enfin au parking, ravis de notre journée. Il y aura peut-être quelques courbatures demain... Charles nous quitte, malgré le mauvais enneigement il redescend à Autrans par les pistes, qu’il connaît parfaitement. Le reste du groupe descendra en voiture ou navette.
    Nous prendrons un moment le soleil au foyer de fond, à Autrans, puis une boisson dans un petit café bien sympa avant de se séparer en se donnant rendez vous pour samedi prochain à Villard de Lans s’il y a suffisamment de neige pour notre journée ski alpin.
    Merci à Jean-Paul et Charles pour l’organisation et l’encadrement c’était super, et à tous pour cette belle journée que nous avons passés ensembles. A refaire.