• sorties 2016

    Sortie du 6 février 2016
    Écrit par PINCHI Philippe
    Photos par PINCHI Philippe & GUILBAULT Jean-Paul


    Le lendemain d'une excellente soirée passée à déguster notre traditionnelle galette des rois, à se raconter  beaucoup d'anecdotes cyclistes et le plaisir de se retrouver, nul doute que beaucoup avaient une folle envie
     de reprendre cette nouvelle saison cycliste. Trente et un sociétaires se sont donc retrouvés au rendez vous habituel, d'autant qu'une prise de photos étaient prévue. Merci à tous ceux qui ont répondu à l'appel.

    sorties 2016
    La météo était prometteuse contrairement aux jours suivants. Profitons en donc. Marc encore indisponible pour des raisons de santé, est venu nous faire un petit coucou et je sais que c'est la mort dans l'âme qu'il a laissé partir ce peloton via la digue. C'est aussi avec une très grande joie que nous retrouvons notre ami Jean-Claude Tarricone qui avait été mis à terre en mars 2015 dans les Pyrénées Orientales à cause d'une automobiliste garée sur le coté droit et qui avait ouvert la portière sans regarder. Malheureusement Jean-Claude passait à ce moment. Très rapidement un groupe se détache et part vers l'avant et ensuite au moins deux groupes se forment. A St Quentin l'éternel coach rappelle à tous le parcours. Parcours rédigés par "bibi" Aussi ne m'en voulez pas si tous n'y trouvent pas entière satisfaction. Il devient de plus en plus difficile de trouver des nouveautés compte tenu
    que nous évoluons souvent dans la même zone. Heureusement qu'il y a les participations aux autres rallyes.
    Je ne cesserais de penser qu'une petite approche en voiture, pas nécessairement loin et pas à toutes les sorties, diversifieraient beaucoup nos possibilités de parcours. On pourrait aussi demander à chacun, au moment de prendre la licence, de fournir un parcours personnel. (c'est une idée comme une autre).
    Les parcours sont depuis quelques temps en ligne grâce au travail de Jean-Paul G.
    Direction Poliénas et notre habituelle "bosse des cochons".
    Au sommet, Joseph, André, Jean F, Vito, Jean-Claude T, Jocelyn, Jean-Paul G et moi rentrons directement via la digue de St Gervais. Ce sera pour moi l'occasion de découvrir le vélo mono plateau de Jocelyn soit un developpement mini de 42x42. (sauf erreur), à voir à l'usage...
    sorties 2016
    Retour cool, dans la bonne humeur sauf pour Vito (nouveau sociétaire) qui s'est rapidement détaché avec dans ses roues Jean qui roule déjà bas des jambes nues... Attention aux coups de soleil. Chouette, lundi soir nous serons dans notre nouveau local.
    Philippe

     

    Sortie du 20 février 2016
    Écrit par BALLAY Claude


    Nous sommes nombreux ce 20 février bien décidés à découvrir le parcours que Philippe nous a concocté et qui nous laisse un peu perplexes sur l’itinéraire à emprunter. Personnellement, j’ai eu beau étudier avec soin la carte routière plus les tronçons de parcours que Philippe nous a transmis par mail pour éclairer nos lanternes, mais rien à faire, le brouillard. Heureusement et à notre grand soulagement Philippe est au départ donc plus d’inquiétude. Quinze personnes sont au rendez-vous : Joseph, Jean F, Philippe, Jean-Marie J, Michel L, André S, Robert, Pierre,
    Jean-Pierre, Vito, Michèle B, Christophe, Jean Claude T, Jean et Claude B.
    Quelques tours de roues sur les berges et nous retrouvons Jocelyn plus une surprise, Beatrice qui renoue contact avec sa monture après trois ans d’arrêt. Puis un peu plus loin c’est Georges S qui nous rejoint, nous serons donc 18 compagnons, belle équipe. En papotant nous roulons tous bien groupés jusqu’à Moirans. Là, deux groupes se forment, Joseph, Jean F, Beatrice, André S, Michel L, nous abandonnent pour un parcours plus calme dans la plaine. Pour les autres, tous derrière Philippe qui connaît parfaitement les lieux, nous visitons Moirans, faisons le tour du marché et nous retrouvons sur une route que nous reconnaissons, mais qu’habituellement nous empruntons en sens inverse, sens descente. C’est parti pour une jolie grimpette. Le groupe s’effiloche tout au long de la montée, pas facile l’entrée en matière ! Un petit passage à 12%, oui, quand même !!! Puis un replat pour récupérer. Nous enjambons la nationale, puis l’autoroute, et à nouveau un raidillon pour rejoindre St Cassien. Celui-ci m’inquiétait beaucoup, mais finalement moins sévère que le précèdent et surtout beaucoup plus court. Ouf, et de deux. Nous rejoignons maintenant Réaumont où Philippe nous quitte. Il reste sur le circuit court pour ménager son genou et fera malheureusement le retour seul. Dorénavant nous sommes douze pour la suite du parcours. L’itinéraire nous est plus familier puisque c’est celui du rallye des retraités de Fontaine que nous avons déjà emprunté plusieurs fois. Nous rejoignons la route du Petit Voye via Aprieu puis la Ravighnouse et enfin Charavines. Petit arrêt regroupement et grignotage au carrefour qui conduit à Oyeu, puisque c’est notre destination. Nos co-équipiers sont en forme, trop facile l’itinéraire, alors nous gagnons le centre de Charavines pour emprunter le raidillon (encore un !) qui passe par le haut du village, toujours sur le circuit des retraités de Fontaine. On retrouve la route de Oyeu. Bien, mais on ne va quand même pas descendre tout de suite sur le village, et hop, un petit détour par Mont Follet, ben voyons…  Heureusement pas bien longue la petite bosse, c’est encore le début de saison. Non ?…. Nous n’avons plus qu’à nous laisser glisser jusqu’à Rives. A Colombes Georges nous quitte à son tour, sa maison est toute proche. Jusqu’à Rives nous avons le vent de face, pas facile de rester accroché au peloton, nos tracteurs, eux, roulent allègrement à 30km/h. Dans un rond point, avec Michèle nous décrochons et impossible de rattraper le groupe. Nous nous retrouvons un peu collées à la route, incapables de conserver le rythme. Tant pis, ils finiront bien par s’arrêter et nous attendre, nous ne sommes pas perdues. Regroupement à Rives, puis descente sur Renage, et enfin Tullins. Nous rentrons par St Jean de Chépy. Christophe lui partira sur St Jean de Moirans et le reste du peloton restera bien groupés jusqu‘à Sassenage. Coup de chapeau à Vito qui c’est accroché tout au long de la sortie et n’a rien lâché.
    Belle sortie, merci Philippe pour ce parcours inhabituel et bien sympathique.
    Claude.

     

    Randonnée des oignons 2016
    Écrit par MARTIN Pascal


    SAMEDI 27/02 10H30 Santo Dominique Pascal & moi arrivons en même temps au RDV Antonio a un peu de retard descendre de Lans en Vercors avec les retours de vacances (pas facile).
    10h40 nous voila partis Dom & moi réfléchissons comment éviter la partie en travaux entre le pont Oxford & Bastille, signalé par Sebastien la veille par sms, nous optons pour la piste cyclable le long du tramway E.
    descendre de Lans en Vercors avec les retours de vacances (pas facile). 10h40 nous voila partis Dom & moi réfléchissons comment éviter la partie en travaux entre le pont Oxford & Bastille, signalé par Sebastien la veille par sms, nous optons pour la piste cyclable le long du tramway E. Puis nous prendrons les quais & la digue de l’Isère jusqu’à Villard Bonnot & la D523 jusqu’à Goncelin. 12h06 nous arrivons, Le gymnase est déjà plein environ 460 inscrits. Inscriptions + un café et nous repartons la chaleur à intérieure était trop importante, dehors j’ai froid, mais ça ne va pas duré…Le parcours est identique aux années précédentes même pas besoin de regarder le fléchage.

    sorties 2016
    A Myans Antonio n’est plus avec nous, retardé par une panne de batterie du Di2, il finira le parcours en 52x23 en force pour les bosses, à la cadence de 120 tr/mn sur le plat sans oublié de prendre des relais: CHAPEAU !!! Dans Montmélian Santo & moi apercevons un maillot de Sassenage suivi de tout le club de st Martin le Vinoux qui tente de se mettre à l’abri dans les roues de Claude. Aussi sec nous embrayons pour la rejoindre. Avec Jean & Jo Reina nous sommes 8 sur cette rando. Le ravito est placé à la même place, un thé chaud est le bien venu! Nous finirons le parcours 72 kms sans souci. À l’arrivée la soupe à l’oignon fut appréciée. Au total: 155 kms 1200 m dénivelé+ & une moy de 27.6 km/h.

    sorties 2016
    sorties 2016

     

    Sortie du 17 mars 2016
    Écrit par PINCHI Philippe


    La journée s'annonce belle, profitons en. Pierre et Claude attendent sur la digue au niveau du poste EDF  sous lesous le pont de Catane. Un petit coup d'Oeil vers Seyssins pour voir si Michèle arrive. Que nenni, nous nous élançons vers le rendez vous. Beaucoup sont déjà là, et après un rapide comptage je peux annoncer: JEAN B, CLAUDE, MICHELE, JEAN-PAUL B, MARIE-PAULE, MARIO, MARYVONNE, JEAN F, PIERRE G, ANDRE, JEAN-MARIE, MICHEL, CHARLES L, JEAN-CLAUDE, JOSEPH et moi-même.
    Soit seize sociétaires sur les cinquante trois licenciés que compte désormais l'USSCT. Maryvonne aborde l'heure de départ de Sassenage pour la randonnée des écureuils de samedi. Ce sera 10h00. Maintenant que fait-on? Jean-Paul propose le circuit et est approuvé par tous (même par le coach): dir Tullins, Cras, Chantesse, l'albenc puis Pierre Brune à gauche avant l'albenc, Poliénas. De là, séparation des deux groupes. Les plus en jambes grimperont vers la carrière les autres redescendront dans la plaine. Départ à 9h30, groupés derrière Pierre qui accumule les kms. Sauf erreur il a roulé mercredi, 140 kms à 24 de
    moyenne avec la bosse de Clermont et le Grand Ratz sans oublier la montée vers Vaulnaveys pour rentrer chez lui. Bravo à lui. Peu après, Joseph, Charles et Michel mènent le tempo, (cherchez l'erreur?).

    sorties 2016
    Je rattrappe ensuite le groupe et retrouve Mario notre tout dernier sociétaire. Il est étonné de me voir prendre des photos en roulant.
    sorties 2016
    A St Quentin tout petit arrêt technique et c'est reparti. Tullins et son coup de cul. Fatal à Mario notre nouveau sociétaire. Michel prend la tangente au pied de la bosse de Tullins, manque d'entrainement? Le "Team déjà affuté" est déjà loin devant quand mon petit groupe pointe le nez. Charles qui dans ses moments là préférerait être sur ses skis, Joseph bientôt 80 balais et de la jeunesse à revendre... Amoureux de la vie, passionné et ô combien précieux est un véritable exemple qui nous prouve qu’on peut continuer de savourer les joies de l’existence quelle que soit sa date de naissance. Et... Mario qui me dit: ''J'suis en train de cracher les poumons!''. Je suis rassuré, il parle encore, c'est donc bon signe. Il veut poser pied à terre. Niet !!! Ce sera au sommet de ce coup de cul. Et nous y voici, il reprend son souffle et nous repartons.
    Joseph nous attend un peu plus loin puis ce sont Maryvonne, Jean-Claude et Jean Marie qui reviennent à notre rencontre. Plutôt sympa !!! Nous retrouvons le groupe au bas de Cras où tous nous attendaient. Re-sympa les meufs et les mecs. Jean-Marie, telle une locomotive (chère à notre ami Joe Reina passionné de chemin de fer miniature) assure le relais. A gauche toute et nous attaquons Pierre Brune par derrière. Petite grimpée sympa, j'accompagne Mario.

    sorties 2016
    Loin, loin devant nous avons aperçu Pierre et Jean-Paul caracoler en tête et loin loin derrière je roule avec Mario qui ne désespère pas et qui grimpe à son rythme. Bravo à toi Mario et ne sois pas inquiet pour la suite, il y aura toujours quelqu'un pour rouler avec toi, l'USSCT ne laisse personne en perdition sur la route.
    De nouveau tous attendent au sommet. Epatant !!! Descente sur Poliénas.

    sorties 2016
    Et comme écrit précedemment, nous faisons deux groupes. Le premier grimpe la bosse de la carrière et le second groupe composé de Joseph, André, Charles, Jean, Mario rentre par la plaine. Mario est maintenant plus à l'aise et prend même des relais. Et samedi? On prendra sans doute les mêmes et on recommencera...
    Bon, j'espère que quelqu'un saura prendre cinq minutes pour écrire un compte-rendu.
    Philippe.

     

    Randonnée des Ecureuils 2016 : 19 mars 2016
    Écrit par GABBERO Pierre
    Photos par PINCHI Philippe


    Participantes: Michèle B, Marie-Paule B, Claude B, Maryvonne D, Marie-Thé.
    Participants: Christophe G, Charles R, André J, Pierre-Edouard B, Jean B, Vito I, Mario C, Georges S, Valenza J, Joe R, Jean F, Jean-Paul B, Robert F, Eric P, Jean-Marie J, René J, Philippe P et moi-même. Désolé s'il manque des noms notamment le groupe parti en dernier, je n'ai pas vu tout le monde je me suis fié à mes photos. D'après les résultats que j'ai pu consulter à l'arrivée, nous étions 31 de l'USSCT soit 25+6 féminines dixit Philippe.
    Vif succès pour cette randonnée avec 488 participants, 16 féminines du CTG, Ctg club + nombreux avec 45
    participants, le vétéran de l'épreuve M. LACROIX (86ans), la plus jeune (18ans). Pour une fois je n'ai pas beaucoup de route à faire pour me rendre au départ à Echirolles. Aussi je suis le 1er d' une vingtaine de cyclistes de Sassenage.

    sorties 2016
    Après la photo de groupe, vers 11h10, on s'élance de "la Frange Verte" vers la route des usines de Champagnier puis on revient sur Pont-de-Claix en empruntant le Pont Rouge... Au fil des discussions de chacun des groupes se forment, mais ce qui se confirme c'est que quand on est devant on voit mieux la route et ses trous de + en + nombreux. C'est comme ça qu'on se retrouve, Marie-Thé et moi aux avants-postes. Pierre Bost nous rejoint et c'est lui qui prend la tête et nous mène à vive allure au Genevray en passant par Claix, Allières, Varces et Vif. On attaque la montée de la Girardière assez raide, je me sens bien, aussi je me retrouve tout seul... Je sais que Marie-Thé va me rejoindre car les "costauds" ne devraient pas tarder à fondre sur nous. Je passe le rond point de Coynelle, celui d'Avignonet... Après Sinard, je plonge en direction du Barrage de Monteynard. La route est étroite, sinueuse avec des gravillons, il faut que je me calme.
    Heureusement Marie-Thé arrive et passe devant : elle est prudente, elle ! En plus elle me fait remarquer que le paysage est exceptionnel avec le ciel et le Lac turquoise. On fait la remontée vers ST Martin de la Cluze avec des passages à 15 %...Un ravito nous requinque (ça ne sera pas le cas pour les suivants, il paraît !?!), et on repart à vive allure vers Vif.  La petite côte de St Georges de Commiers est facile. On prend de l'élan dans la combe des Bérards pour se hisser à Champ-sur-Drac le Haut. Un petit ravito (pris sur le
    pouce) nous attend à Champ/Drac le bas. On file sur Vaulnaveys en passant par Vizille.
    En attaquant la côte direction Brié je suis surpris par un petit "mur" qu'on découvre en tournant brusquement à droite pour rejoindre... BELMONT !!! Ah, ce "raidard", on nous avait averti mais c'est vrai que ça calme.
    Je vois au loin Marie-Thé qui a mieux avalé cette côte que moi se diriger vers la dernière montée de Brié.
    Je retrouve un peu d'énergie (ça sent l'écurie). La descente vers Echirolles est un plaisir surtout qu'on passe devant chez moi (je remonterai après avoir repris des forces). On peut profiter d'une petite collation au soleil bien chaud (demain c'est le printemps !)
    Une belle journée : 1400m de dénivelé, une moyenne de 23 km/h... Je suis content mais j'en ai... bavé.
    Tous les amis du Club arrivent, et ça, c'est aussi un grand plaisir !
    Pierre.
    Par PINCHI Philippe
    Je me permets de rajouter à l'excellent compte-rendu de Pierre que je suis très content pour Joseph et Mario (notre petit nouveau) d'avoir grimpé la côte de Belmont sans rouspéter. Joseph est comme le vin , avec l'âge il se bonifie.
    Philippe.

     

     Sortie du 26 mars 2016
    Écrit par PINCHI Philippe


    Chouette, le ciel est bleu et sans nuage. J'ai prévu de ne pas rejoindre le départ mais de me poster au sommet de Cossey pour prendre quelques photos.
    Dommage pour le premier groupe parti une heure avant, les photos, ce sera pour une autre fois. J'ai bien calculé mon heure de départ car je n'aurais attendu que cinq minutes et déjà Pierre arrive. Longiligne, sec,
    taillé dans le roc, un potentiel énorme.

    sorties 2016
    Il est suivi par Joe qui s'arrête à coté de moi et m'annonce qu'il rebrousse chemin.

    sorties 2016
    En arrêt toute la semaine (tout mon respect pour les actifs), il est sous antibio et est complétement "flagada". Sage décision !!!
    Ensuite arrive Jean-Paul G. affuté et souriant.
    sorties 2016
    Puis Maryvonne, toute fringante qui a l'air d'avoir accompli une "formalité". Pas essoufflée, souriante, le bonheur.

    sorties 2016
    Rien à dire, Jean-Claude récemment accidenté, a retrouvé son coup de pédales.
    sorties 2016
    Mais y font kôa ? Maryvonne et Jean-Paul n'ont en pas assez et redescendent à la rencontre des retardataires.
    Arrive ensuite l'inusable Michèle, la "gnaqueuse" et toujours en sourire.

    sorties 2016
    C'est au tour de Charles qui n'est pas dans son domaine de prédilection,les bosses...
    sorties 2016
    Eric est à une cinquantaine de mètres derrière lui.
    sorties 2016
    André J. qui a grimpé à son rythme, me salue et va rejoindre les autres juste après le sommet car l'endroit est dangereux.

    sorties 2016
    Tiens, voilà maintenant André S. tout sourire.
    sorties 2016
    Tic tac, tic tac, tic tac, tic tac,tic tac, tic tac... Les secondes passent... Les minutes aussi... Arrivent Joseph et un peu derrière Mario. Cet effort aussi proche du départ n'est pas du goût du coach.

    sorties 2016
    Mais regardez plutôt la mine de Mario, pour un peu, il referait la bosse !!!

    sorties 2016
    T'inquiètes pas y'en aura d'autres. Je lui demande de ne pas stationner à cet endroit, mais il veut se désaltérer. Je range mon matériel et je rejoint le groupe. Je suis surpris, enfin à demi, de ne pas voir Maryvonne, Pierre et Jean-Paul. Apparemment ils ont plongé directement sur Claix. Z'ont pas consulté le parcours ou openrunner. Pô grâve !!!
    Donc, je prends à droite et tous me suivent et j'en profite pour apprendre à certains que sur notre droite côté
    Vercors se cachent trois jolies grimpettes: Le Peuil, St Ange et Savoyères. Nous traversons successivement: Bouveyres, Malhivert puis peu avant la descente rapide de Jayères, (redoutable
    sur les fins de parcours mais en sens inverse) le groupe découvre un terrain d'atterissage d'ailes delta, parapentes. D'ailleurs une mini-concentration a lieu. Ces hommes et femmes volants m'ont toujours fascinés. De l'audace, du rêve, de la créativité, de l'émotion et pour certains une augmentation du rythme cardiaque suivi d'une poussée d'adrénaline. Ouaaaahhhhhhhou !!! J'en profite également pour leur montrer la cascade de la Pissarde qui n'était pas connue de tous du reste... (voir les vidéos une et deux).
    Continuons notre visite touristique, dans l'ordre: le Château d' Allières. (Jusqu'à la fin du siècle dernier, il appartenait à la ville de Lyon qui s'en servait comme colonie de vacances. Puis, sans doute à cause de charges d'entretien trop lourdes, le château a été transformé en imeuble d'habitation dans lequel il doit sans doute faire bon vivre !) Puis tout en bas sur la gauche, l'auberge du val d'Allières. Je vous la conseille et vous pouvez m'y inviter ! Nous poursuivons notre route en direction de Varces puis la plaine de Reymure.
    Avec Jean-Claude, nous décidons de ne pas emprunter "la piste cyclable" qui relie Varces à Vif, en souvenir des verres cassés qui ont occasionné la crevaison du vélo de Jean-Paul B. lors de la rando des écureuils.
    Avec Jean-Claude et Michèle nous levons un peu le pied pour permettre au second groupe de "recoller".
    Au bas de la descente de la Motte d'Aveillans et au bout de la ligne droite et juste avant d'entrer sur Champ sur Drac, nous bifurquons à droitre pour faire une seconde fois le coup de cul de Champ village, à la grande joie du coach (lol). Basse Jarrie et traversée de l'ancienne RN85. Sur l'autopont qui mène aux stations d'hiver, nous avons pu apercevoir un bouchon, l'habituelle tranhumance... Nous passons juste devant chez Jean-Claude T, mais il est encore un peu tôt pour l'apéro et puis nous avons rendez-vous avec la "grimpée des Chabert". Sympa cette grimpée. Arrivé au sommet je redescends à la rencontre de Joseph suivi par Mario qui cette fois a utilisé tous ses pignons de la roue arrière. Ensuite courte descente sur Haute Jarrie. Malheureusement, pris par le temps, (je dois amener mon petit fils à un tournoi de foot), je dois rentrer.
    Personne ne veut poursuivre avec Michèle, donc je suis accompagné par tout le groupe pour rentrer. Sympa les gonzes...
    A Champagnier Jean-Claude nous quitte pour retourner à Basse Jarrie. Descente réparatrice pour certains jusqu'à Echirolles et direction le cours Jean Jaurès. Michèle perce de l'arrière. Tous se précipitent pour la dépanner mais je suis le plus fort !!! C'est moi qui répare (lol). Top chrono et en deux temps trois mouvements c'est fait. Go, on repart. Et bien non, André sapercoit qu'il a également percé. C'est la loi des séries. Cette fois on repart via la passerelle et la piste. 54 kms pour moi: bof, bof, bof
    A quand la prochaine sortie?
    La valeur d'un homme tient dans sa capacité à donner et non dans sa capacité à recevoir. (Albert Einstein).
    Philippe.

     

    Sortie du 2 avril 2016
    Écrit par IANNONE Vito


    Après avoir formé les groupes comme dab à St Quentin, Jean-Paul G, Pierre G, Michèle B, Claude et Jean B,
    Maryvonne D, Jean-Marie J, Robert F, Jean-Claude T, Christophe G et moi-même nous dirigeons vers la montée de Renage que nous effectuons à une cadence soutenue, ensuite nous prenons la direction de Bilieu puis Massieu pour rejoindre St Geoir en Valdaine. Le temps est couvert et le vent irrégulier. Enfin, nous arrivons tous groupés devant la principale difficulté du jour le Col des 1000 Martyrs. Dès les premiers lacets Jean-Paul, Pierre, Maryvonne, Jean-Marie, Robert et Christophe se détachent. Je suis un moment avec Claude et plus loin suit un troisième groupe avec Michèle, Jean et Jean-Claude. Je sens que cela va être compliqué pour moi car je me retrouve seul à effectuer un peu plus de la moitié de l'ascension. Michèle, Jean et Jean-Claude ont préféré bifurquer en cours d'ascension sur St Sixte. Enfin regroupement générale au sommet pour ceux qui ont effectués toute la montée puis direction Miribel, StEtienne de Crossey où Robert, Cristophe et moi rejoignons Sassenage par Coublevie en évitant le Grand Ratz.
    Une bien belle sortie : le repos sera bien mérité...
    Vito.

     

    Sortie du 15 avril 2016
    Écrit par LAGIER Jean-Pierre


    6h00 : Le réveil sonne : j’ouvre un oeil puis deux, je pose les pieds par terre bizarre tout va bien. Je fonce à la fenêtre, le temps est bo !! bo !! Celsius sur le balcon +9° (dans Grenoble) j’enlève 2 à 3 ° pour avoir la vraie température sur la digue. Parfait se sera une belle sortie. (Que je me dis….).
    Direction salle de bains, je décolle les yeux puis je travaille mon petit déjeuner. (Chocolats, tartines beurrées et nappées de confiture et miel) et pour finir un café. Bref, c’est le rituel de chaque matin. Je sens qu’il y a des jaloux !!! tant pis pour eux... hihihi !!! 7h15 : La prépa personnelle est terminée, je passe aux choses sérieuses : - Le vélo : (mise à niveau de la pression dans les pneus, bidon avec menthe, quelques barres céréales, les clés de la maison pour pouvoir rentrer au retour, (hé oui, Agnès profite de sortir quand je ne suis pas là), mise en route, étalonnage et pose du compteur sur son support.
    - Equipement du cycliste : vu la température qui va osciller vers 15 à 19° dans la journée, je décide de mettre le cuissard court et de supprimer une couche pour le haut du corps. Je me suis dit -vers 14h30- que j’avais fait le bon choix, (pas toujours facile ces petits détails). Je vaque à quelques obligations dans la maison pour finir aux toilettes, la sortie sera longue !!! TOUT CA POUR DIRE QUE LEVER A 6h00, IL FAUT TOUT-TOUT !!! 8h30 : Départ pour le lieu de rendez vous à Sassenage que j’appellerai «place des cyclos Jeannie Longo». (C’est une idée... de moi !!!). Attention cela risque d’être mal interprété, y a encore des machos, je prends la responsabilité du sujet !!! Hihihihi...
    8h40 : Bon an, mal an, j’arrive au pont du Vercors. Je prends la piste avec espoir de voir Michèle, Philippe, Pierre, le jeune couple Claude/Jean et le Président qui comme on me l’a dit, va mieux, à condition d’être raisonnable sur les pédales, (Chantal veille au grain). Comme dirait Philippe (Que nenni) durant 5km650 tout seul tranquille 19/20km/h. 8h50 : Arrivée au lieu de rendez-vous (Pour le nommer j’attends la décision !!!) Quelques uns sont déjà là: Vito, Mario Jean-Marie et après je ne sais plus, mille excuses pour les oubliés... Et puis arrivent les uns et les autres. Un rapide comptage par les coachs du club, nous sommes 24 dont 3 filles et le reste tous des garçons. (Tiens y-a-t-il un 3ieme sexe au club... Humour ???).
    Sur leur monture je reconnais Jean et Claude B, Marc et Chantal, Joseph, Mario (le nouveau), Vito, Michèle,
    Jean-Marie, Robert, Charles L, Pierre G, Philippe... et moi-même. La journée s'annonce belle, un peu nuageux, soyons optimistes et profitons en. La sortie du club prévue par Philippe (notre directeur de course et des sorties) et très améliorée pour les mollets nous mènera depuis Sassenage, à Voreppe, Col de la Placette, St Etienne de Crossey, St Aupre, Miribel les Echelles, direction col 1000 Martyrs puis
    à droite direction Voissant, en bas descente à gauche, St Bueil, direction 1000 Martyrs, Merlas, sortie à droite direction St Sixte, St Nicolas de Macherin, St Etienne de Crossey, la Croix Bayard, Coublevie, Centralp et retour Sassenage par digue, (97km).
    Sur l’asphalte les discussions vont bon train sur la sortie... Quelques uns ne ferons pas celle prévue au calendrier, d’autres feront un parcours adapté à leur forme et enfin ceux, pour qui il faut être rentré pas trop tard à la maison. (Maman se réserve un temps pour mener papa faire les courses !!!).
    Bref tout le monde va rouler à son allure et il en faut pour tous les goûts et toutes les jambes. Le principal c’est qu’on se retrouve et roule un moment côte à côte, roues dans roues, pour s’échanger les «potins» de la vie et de la semaine. Comme d’habitude le coach «la grenouille pour le temps» et «montre suisse pour l’heure précise du départ», plus exactement notre Bon JOSEPH donne le départ (9h00 pile). Le peloton s’ébranle, à ce moment là toutes les mines sont réjouies, le bruissement des chaines se fait entendre, les cadres des vélos rutilants de propreté se font remarquer par les rayons de soleil et le craquement des dérailleurs et des cales de pédales annoncent...Première bosse (la côte d’accès a la piste) tout le monde la passe bien, les jambes sont encore neuves !!! On entend quelques grognements tel que «elle est courte mais elle fait mal». Bon, courage les muscles ne sont pas encore chauds, ça va venir !!!. Joseph et Jean donne le ton de l’allure, histoire de s’échauffer. On croise des «running», des promeneurs de chien, des personnes qui se lèvent tôt... Il est 9h10 la Métropole s’éveille !!! (Dutronc). Au niveau du pont barrage tout le monde lève les fesses de la selle, (cause les racines qui deviennent forts prédominantes), je crois que vous avez pensé à autre chose. Enfin ce n’est pas tout le club qui mange des faillots, hihihi...
    Arrive la bifurcation de Voreppe, à moment-là, Michèle, Jean et Claude, Jean-Marie, Robert, Vito et mézigue
    quittent le peloton pour prendre la direction de Voreppe centre. Le reste du groupe nous adresse de vive voix un chaleureux et compatissant "au revoir". (J’aurais dû comprendre pourquoi et plus tôt, un tel enthousiasme de politesse !!!). Nous empruntons la piste appelée chemin des digues puis chemin de l’ile du pont et la promenade «Roize» qui longe ce torrent du même nom jusqu’au rond point du centre de Voreppe. Au pied du quai des Chartreux. Claude, Jean-Marie et Robert s’arrêtent  pour quitter une couche. C’est le pied du col de la Placette. «J’attends, chacun monte à son allure, on s’attend en haut». En fait comment faire autrement (on n’est pas des pros, mais juste pour se faire plaisir). En haut Jean-Marie, Robert et Claude sont là, nous attendons Michèle, Jean et Vito qui en peu de temps nous rejoignent. De mémoire Claude a cherché un coin caché pour faire son «pipi». Les couches quittées (k-ways) au bas du col sont renfilées et nous abordons la descente vers le pont Demay, nous prenons à gauche en direction de Saint Etienne de Crossey (D520 route de la chartreuse). Le groupe va bien, la condition a l’air d’y être, il faut dire que nos deux coachs Jean-Marie pour tracter et Robert pour pousser sont de considérables soutien. Dans St Etienne on tourne à droite pour prendre la rue des tilleuls, la Rossatière St Aupre qui laisse à droite (D49), St Roch, puis la route de Miribel, au niveau du tourniquet, un groupe de Seyssins nous rattrape (ils ont l’air d’être en jambes). A l’arrêt habituel, attente des copains/copines, pose technique, ravito. Face à la menuiserie/charpente Bisançon les deux clubs se regroupent. Echanges de cordialités et destination. Je n’ai pas compris leur circuit, mais on ne les a jamais revus.
    Après avoir bien repris des forces et laissé le groupe de Seyssins, nous reprenons nos montures et je ne sais qui a dit où j’ai mal entendu «le plus dur reste à faire» je croyais qu’il plaisantait !!! Notre coach tracteur suivi de claude qui ne le quitte pas (je ne sais pas si Jean n’est pas un peu jaloux) nous guide
    à bonne allure vers Miribel où par un coup de «bol» le feu de circulation à l’entée du village se mis au vert (couleur de l’arc en ciel) lors de notre arrivée ce qui nous permis de ne pas poser le pied par terre mais surtout de franchir la côte du village dans notre élan de croisière.
    A la sortie de Miribel nos prenons la direction du col des mille martyrs, (eux ils étaient mille !!! Mais nous que 7 et qu’est ce qu’on pouvait y faire ???). Et bien je vous le donne en mille... Après environ 500 mètres de grimpette à 6%, je vois le tracteur tourner à droite en direction de Voissant (voir le panneau routier indicateur). Ca monte mais sans trop de difficulté, je me cale derrière Michèle avec Jean qui lui ouvre la route. Devant le tracteur, Claude, Robert qui font équipe comme les agents de la DDE pour couper le vent à Vito.
    Nous dépassons La Montagne en Dessous et attaquons toujours sur la petite route qui même à Voissant, une montée avec comme indicateur à mon compteur 8, 9, 10%, un joli pourcentage sur environ 6 kms. Cette portion va faire du mal. Vito, malgré l’aide des cantonniers lève le pied, je le dépasse, et j’ai cru entendre un boeuf en rut tellement il soufflait. (J’ai cherché la femelle Que nenni... Seulement du fort pourcentage sur la route !!!). Les attardés rejoignent le groupe de tête, on en profite pour manger une barre, s’hydrater, faire pipi, échanger les impressions de la montée (ma foi chacun y va de la sienne mais le moral et la forme sont encore là...) et nous revoilà repartis. La campagne est belle : Prairies vertes et toutes fleuries par de nombreuses fleurs multicolores, des vaches curieuses, des chèvres, des moutons, des beaux chevaux, bref c’est la vraie France. Vu notre allure, je parle pour moi (je ne voudrais pas en fâcher !!!) on a le temps de la regarder et de l’apprécier. Toujours sur la route de Voissant, on roule en direction de St Beuil. Hollalla... A un moment donné avant de rentrer dans le village on prend à gauche une petite route en direction de Merlas (10%) qui conduit : devinez où ??? (À Merlas) en passant par le hameau de la Chapelle où le «tracteur» et le «pousseur» nous attendent pour une récupération, ça commence à chauffer, le dénivelé est soutenu. Puis après quelques minutes de repos c’est reparti, là le groupe éclate, chacun monte à son allure, Claude accompagne Michèle, la gente féminine se soutient, c’est beau la fraternité. Arrivée à Merlas je trouve Jean-Marie, Robert et Claude assis sur le trottoir à l’ombre, ils ont même quittés le casque, ils nous ont mis au moins un quart d’heure dans la vue, (oui il y a eu du soleil parfois pâlichon, mais quelquefois fort brillant). Jean, Michèle et Vito nous rejoignent. Vito nous explique qu’il a explosé, mais non, il est là, c’est le principal.
    Quelques minutes, mais longues... Longues... Et puis ont repart. On demande au coach la géographie de ce qui nous reste à faire. Il nous explique que les difficultés sont finies et que ça descend jusqu’à Sassenage. Oui... Oui...
    Tout est relatif. Direction St Sixte je me cale de nouveau avec Michèle, tantôt à coté tantôt derrière, mais quel tempérament cette jeune fille !!! Elle me dit : «tout va bien, cette grimpette m’a fait du bien. Si je m’étais écoutée, je serais au restée au lit, j’ai bien fait de venir, ça m’a remis en forme». En l’écoutant d’un peu plus je tombe de vélo !!!
    On passe St sixte (D49c) l’allure est bonne, le «tracteur diesel» mène la cadence, Claude toujours dans la roue et nous derrière. Les paysages sont magnifiques. La route est un faux plat descendant, mon développement est grand (50x14),

    sorties 2016
    mais les jambes tournent bien pour tout le monde. Un peu avant St Nicolas de Macherin arrêt pour Vito, Claude Michèle, ravitaillement en eau à la fontaine qui se trouve à droite au hameau des Courts avant de prendre la route de la croix blanche qui débouche sur la route de Chirens (D49). Au stop, regroupement pour attendre les copines et copains qui ont fait le plein (d'eau).
    Direction St Etienne de Crossey. Et là pour mézigue, hollala... Une douleur violente à l’intérieur de la cuisse gauche se fait sentir. J’averti les coachs que je vais rouler avec un développement plus petit le temps de défatiguer ce vilain muscle. Ils sont tous braves. Ils m’attendent. Sur la piste, certain m’ont avoués que le début de ma contracture les avait bien arrangés (ées). (Bref ne soit pas mauvaise langue).
    Donc st Nicolas de Macherin, hameau «Le Perrin» petit coup de cul qui fait mal et que je passe à peu prés bien sans trop forcer sur les pignons. On dirait que ma thérapie porte ses fruits la douleur s’estompe. St Etienne de Crossey à droite (on quitte la D49 pour prendre la D520) en direction de Coublevie, route de Voiron sur cette portion qui descend j’essaye ma cuisse, ça tient, j’augmente le développement. Heureusement la vitesse de croisière à repris (28, 29 30km/h) et je vois devant le groupe. En mille, notre Vito national qui a repris du poil de la bête, comme je l’ai dit plus haut il n’avait pas explosé, seulement perdu son souffle (haute altitude à Merlas !!!).
    Croix Bayard un cyclo bien élevé (je dirais pas son nom) propose de prendre la route de St Julien qui comme tout le monde connait mène au grand Ratz. Bizarre pas de réponse.
    On repart, descente sur Coublevie, on prend à gauche pour retrouver la route de la petite Buisse laquelle nous ménera à la Buisse, traversée du Village, on tourne à droite pour prendre la rue des Ecoles et la direction de Centr’Alpe, les relais se font, je vois Vito, increvable sur le plat et dans les descentes, hihihi, Robert, Jean-Marie, tout est bien huilé pour arriver sur la piste. Tout cela continue jusqu’à Sassenage aux allures de 28/29 km/h. Mon compteur marque 103 km (je pars de Grenoble) 1300 de dénivelé (comme moi…).
    Une superbe journée pour faire du vélo avec plein les yeux pour madame mère nature qui d’un vert tendre aux fleurs multicolores a su partager nos efforts en nous laissant le soin de l’admirer à loisirs.
    Merci Philippe pour ce parcours bien sympathique, continue on ne te reprochera jamais rien.
    C’est long mais sans photos j’ai meublé les blancs !!!
    Jean-Pierre.

     

    La Coublevitaine 2016: 21mai 2016
    Écrit par CIGNA Mario

     

    sorties 2016
    La Coublevitaine de Coublevie: Club de cyclotourisme au coeur du pays Voironnais en Isère (plus de 200 adhérents) pour la pratique du VTT et du vélo de route et qui a organisé sa 32ème édition. L'USSCT cyclos de Sassenage a été invitée à participer le samedi 21 mai 2016.
    D’un commun accord avec une collègue nous nous rendons sur place avec son véhicule personnel, geste que
    j’apprécie tout particulièrement. A l’arrivée, nous sommes tous deux impressionnés par l’ampleur de l’événement qui va se dérouler par une belle journée toute pleine de soleil et de joie que l’on devine sur le visage de tous les participants venus des quatres coins du pays. Pour notre part les groupes se sont faits très rapidement. D’un accord à l'unanimité, nous avons choisi le parcours des 60 Kms. Pour moi et certains du groupe, on estime que c’est pas mal. La modestie n'a jamais tué personne parait-il...
    L’heure du départ approche et la pression commence à monter jusqu’au moment où Marc Girard notre cher
    President des cyclos de Sassenage nous donne le départ et comme tout bon meneur il prend la tête du peloton suivi par Chantal P, André J, Charles R ainsi que Chantal A (la grande). Il y a aussi Eric P et moi même Mario C.
    On attaque d’entrée une bosse pour se mettre en jambe direction St Etienne de Crossey. Là nous sommes vraiment partis, il nous faut maintenant bien repérer le marquage au sol, ceci étant très important
    et surtout, on ne veut pas se tromper. En quelques coups de manivelles (façon de parler). On arrive au ravito situé à Entre Deux Guiers, bien sûr en étant passés par St Laurent du Pont et la côte de Berland.
    Cette petite pause nous permet de nous restaurer pour reprendre la route car cette fois, c’est plus sérieux.
    Direction Miribel Les Echelles et la Montagne. Je suis le dernier du peloton et je commence à me faire du souci car mes jambes fatiguent mais je m’accroche. Je ne lâche rien, je dois encore me farcir le plat de résistance. Je vous le donne en Mille Martyrs à 884 m ,une fois passé, quel soulagement !!!
    Comme par miracle je reprends des forces, maintenant je sais que le plus dur est derrière nous. A Saint Nicolas de Macherin l’odeur du casse-croûte pointe son nez, l’arrivée est proche.
    C’est par un jazz-band que nous sommes reçus à l’arrivée dans un magnifique décor champêtre.
    sorties 2016
    Une fois tout le monde rassasié, l’humour va bon train et les blagues aussi. je peux vous dire que tout le monde est heureux et content d’avoir participé à la Coublevitaine édition 2016.

    sorties 2016

    Mario.

     

    Sortie du 28 mai 2016
    Écrit par PINCHI Philippe


    Présents: Joseph V, André J, Bernard G, Claude B, Jean B, Vito I, Robert F, Charles R, Eric P, Jean-Claude T,
    Jean-Pierre L, Philippe P et Mario PANTANI oupsss!!! Il fallait lire Mario Cigna (le grimpeur des Alpes).
    Hormis Vito qui avait lu dans l'agenda du site que la sortie de ce matin était inscrite à 7h30, tous les autres se sont retrouvés à 8h30. Joseph qui souffre du dos décide de rouler dans la plaine avec André.
    Bernard nous a rejoint un peu plus loin dans la montée et Charles était venu à notre rencontre. Ainsi, nous nous sommes tous retrouvés à Engins.
    Dès le départ, Claude a adopté son rythme puis chacun a grimpé selon ses possibilités. Petite contracture pour Jean qui s'arrête pour faire un étirement. Mario jubile, ainsi il n'est plus le premier des derniers.
    Mario toujours en recherche de son second souffle arrive à Engins sans fatigue aucune. Jean-Claude qui a mal au dos, préfère redescendre. Petites collations sorties des poches, un peu de liquide et nous voilà repartis. JE CRIE HAUT ET FORT que je ne referais jamais plus cette grimpée dans cette tranche horaire voire même une autre tant le flot des voitures conduites par des abrutis de 1ère était impressionnant.
    Jean mène le train et personne ne le relaie. Curieux comme habitude... récurent dans ce club et pourtant ô combien utile. Bon, j'suis pas là pour polémiquer.
    Regroupement à Lans et enchainement avec le col de la Croix Perrin (1218mt) soit un peu plus de 20 kms depuis le départ pour environ 1000 mt de dénivelée.
    Qui fait quoi? Bernard et Vito rebroussent chemin pour des contraintes horaires, le restant descend vers Autrans soit: Claude, Charles, Eric, Mario, Robert et Jean-Pierre. Sauf erreur, Jean à viré à gauche (La Perrinière) en bas de la descente du col de la Croix Perrin.
    Charles nous sert de guide via Andrevières, Les Tranchants et les Eymes où un petit "coup de cul" (1020mt) nous est proposé avant de retrouver un autre "trou" mais cette fois un "trou qui souffle". Il faut savoir que le Trou qui souffle est le second plus grand gouffre du Vercors de par son développement (50 km env). ''Le trou qui souffle'' est un courant d’air glacial qui remonte entre les fissures des rochers depuis un profond réseau creusé par les rivières souterraines. Mais nous ne nous attarderons pas trop pour profiter du rafraîchissement très agréable, pourtant la chaleur était déjà bien omniprésente mais il nous reste encore quelques kms à parcourir. Nous passons ensuite devant "le refuge des feuilles" (1210 mt). Peu après nous passons sous les cables du télésiège du Gonson. D'après Charles la pente devrait s'infléchir un peu. Là aussi, Charles évolue dans son jardin car nous sommes précisemment sur les routes qui servent de pistes de ski de fond durant l'hiver. Peu après nous apercevons la baraque forestière d'Achieux (1310 mt). Je roule en compagnie de Claude et lui fait remarquer qu'Eric n'est plus là.
    Mais où est il donc? En fait je le retrouve peu après et il me dit: Ah t'as pas vu...
    Pas vu quoi?
    Et bien notre ami Eric venait d'apercevoir trois biches et je lui réponds aussitôt qu'en général les biches sont souvent attirées par les jeunes célibataires.
    N'est ce pas Eric?
    Gros virage à gauche "la Vira" (1400mt) le profil doit maintenir satisfaire à Mario, tonitruant, quelques dizaines de mètres à l'arrière. Enfin, avec Eric, nous arrivons au refuge des Narces suivis de très près par Charles, Claude, Robert et Mario.
    Séance photos,

    sorties 2016
    quelques pains d'épices et autres et nous attaquons la descente non sans avoir rappelé à tous qu'elle est en
    mauvais état.
    Robert descend vite avec Mario et moi dans ses roues. Il nous tarde de trouver une fontaine car nos bidons sont vides. Méaudre et son marché de fleurs mais pas de fontaine, nous en trouverons une à la sortie du village.
    Remerciements et salutations à Charles qui a gentillement accepté le rôle de guide, conseiller technique et d'avoir récité beaucoup d'anecdotes sur le sport (cyclisme et ski).
    Puis à contre-coeur (???) il s'en va rejoindre sa chère et tendre qui lui a concocté un bon plat de frites/côte de porc. Veinard!!!
    Les Jarrands, puis nous arrivons au giratoire de Villard de Lans. Toujours la même question: Où va t'on?
    Mario répond qu'il serait dommage de ne pas faire le parcours prévu. Il ne m'en faut pas plus pour m'élancer (façon de parler!!!) vers la côte 2000.
    Ouille, ouille le panneau indique à Mario 10% qui s'empresse de mettre tout à gauche. Robert est déjà en tête, suivi par Claude, moi-même et Mario.
    Eric n'ose pas dépasser Claude puis c'est chose faite. Je reviens petit à petit sur Claude qui décide de redescendre pour accompagner Mario.
    Petite halte au premier parking, séance photo,

    sorties 2016
    et je montre à Mario "les Glovettes" terme de notre ascension. Allez encore un pt'it effort... Quasi au sommet Robert prodigue à Mario une "poussette".
    Ah mince j'avais promis de ne pas l'écrire, ma gomme ne fonctionne plus, je ne peux donc effacer ce que je viens d'écrire.
    Nous sommes tous très contents pour Mario lui aussi du reste.
    Les Clots, le lycée climatique de Villard, puis encore un raidard en direction des Cochettes. "Les Girards" ce nom devrait vous rappeler quelqu'un, les Hérauts, les Françons, le Peuil puis halte à la fontaine de Lans où nous nous retrouvons avec le club de Seyssinet, échanges de quelques mots et rendez-vous est pris pour leur randonnée "Dubois JAcob" soit dans quatre semaines d'après mon ami, le président du club. Puis direction St Nizier suivi de sa très longue et belle descente où nous nous faisons un grand plaisir.
    Seyssinet, c'est la séparation. Mes compagnons filent vers la piste cyclable du Drac et moi je consulte mon
    compteur: 109 kms et un peu plus de 2100 mt de dénivelée. Prothésé du genou, qu'en pensez vous. Toutefois je suis un peu fracassé, je vais ranger mon vélo et rejoindre mon appart pour y prendre une douche bien méritée et un bon repas.
    Dans sept jours, la suite pour de nouvelles aventures.
    Bravo à tous.
    Philippe.

     

    Randonnée du Mont Aiguille 2016
    Écrit par MARTIN Pascal


    Nous sommes quatre au départ de Sassenage : Dominique, Jocelyn, Santo et moi. Le rdv est fixé à 6h30 et nous sommes tous à l’heure. Marie-Thé se rendra en voiture au départ pour 7h.
    Nous nous rendons à Claix par le cour de la Libération, et oui à cette heure-ci il n’y a pas beaucoup de voitures. Au départ il y a déjà du monde mais pas de maillot Sassenageois ! Un café ''dégeu'' et nous partons. Le parcours est identique à celui de 2015 mais en sens inverse.
    Dans la plaine de Reymure, je suce la roue à deux cyclistes du 93ième RAM qui aimeraient bien nous lâcher avant
    le col de l’Arzelier... Dommage !!!
    Voila les bosses !!! Il n’y aura plus de plat avant notre retour à Vif.
    Au sommet du premier col je ne m’arrête pas. Le ravito est à 5 ou 6 kms à Château Bernard. Là je retrouve
    Marie-Thé et les frères Bos. A peine posé le vélo et dit bonjour que mes trois compères sont déjà là. Nous nous restaurons pendant que Marie-Thé et les frères Bos repartent.
    Col des deux : simple formalité après avoir fait le Luitel la semaine précédente.
    Col de l’Allimas à une allure plutôt récupération, on profite du soleil en admirant les paysages du Trièves.
    Roissard deuxième ravito et nous continuons notre route dans le Trièves à cinq avec Marie-Thé toujours sous un splendide soleil, nous traversons Mens, il est midi les clochers sonnent.
    Direction St Jean d’Erans par le Col Acarias pour amorcer notre retour vers le nord et les nuages car le Mont
    Aiguille est enrobé d’une couche de nuages bien noirs qui avance dans notre direction. On va s’en prendre une !!! ça va être quelque que chose !!!
    Nous redescendons au pont de Brion toujours au sec et nous remontons de nouveau à Roissard pour le dernier ravito.
    Nous commençons à manger mais voila des grêlons puis la flotte, ''manque que le pastis''... Enfin, ça n’a duré que 10 à 15 mm seulement.
    Dominique et Jocelyn resterons encore un peu au ravito. Marie-Thé, Santo et moi repartons avant de reprendre un orage. Sur proposition de Marie-Thé, nous évitons le Collet de Sinard et filons tout droit sur la D1075. Marie-Thé dans nos roues, Santo et moi laissons nos qualités de rouleurs s’exprimer pur finir cette rando. Nous rentrons tous ensemble
    de Claix par Cossey.

    sorties 2016
    Pascal.



     

    L'Etape du Tour 2016 10 juillet 2016
    Écrit par MARTIN Pascal


    L'étape du Tour 2016, Mégève/Morzine.
    Samedi 9/07 veille de la course et Journée de retrait des dossards nous partons pour Megève de bonheur, bien nous en a pris, les gorges de l’Arly fermé et la déviation pas piqué des hannetons: la journée va être longue...
    Enfin nous voila arrivés dans une ville saturée de voiture qui essaie de trouvé le village départ pour le retrait des dossards, situé à l’altiport de Megève: 2h de bouchons!
    Il est 13 h j’ai mon dossard n°10580 en poche, on peu quitté cette fourmilière humaine pour nous rendre à Thyez chez mon beau frère ou m’attend mon fans club.
    Thyez étant situé en plein milieu de l’étape, autant en faire un we en famille Dimanche matin 6h je suis prêt le vélo est dans la voiture, avec mon beau frère comme chauffeur je me rends au départ.
    La traversée de Sallanches est compliquée et la route de Megève est un long bouchon de voitures et de vélo.
    Il est 7h30 et j’arrive dans mon sas de départ.
    Je dois patienter jusqu’à 8h15 pour pourvoir faire du vélo! alors, je grignote en attendant tout en parlant de foot avec des bretons de Fougère.
    Ça y est ça bouge le sas s’ouvre, on arrive sur la ligne de départ encore 5 mm et on va s’élancer.
    C’est parti pour 10 kms de descente jusqu’à Flumet, ça roule fort le peloton est à + 50 kms/h et on n’est pas chaud!
    Le col des Aravis calme tout le monde!, le col est a l’ombre, il fait bon et je commence ma remonté du peloton, à mi- col je double des dossards 9000 , je continue... en moins de 30 mm je bascule dans la descente, la veille j’avais reconnu les 2 premier cols en voiture et ça sert!
    Surtout pour les descentes.
    La Clusaz ravito géant, je ne m’arrête pas, je continue sur le Grand Bornand pied du col de la Colombiere pas dur de ce coté ci 6 à 7 % , je passe et je dépasse, déjà les dossards 6000.
    Paysage magnifique je ne vois passer les kms.
    Au dernier kilomètre j’entends des sirènes je regarde plus bas dans les lacets aie aie: 1 moto sécurité de course + 2 motos de gendarmes ouvrent la route a 2 ambulances crois rouge et pompier.
    On se sert tous dans la voie de droite pour les laisser doubler ça doit être sérieux vu la vitesse à laquelle ils roulent. Je passe  le col, je me lance de nouveau dans la deuxième descente, la route est étroite sinueuse et au détour d’un virage les secours sont là avec un groupe de cyclistes victimes d’une chute collective, y a de la casse!!!
    La descente est longue est de voir des cyclistes à terre m’a refroidit un peu. Enfin j’arrive ans la vallée de Cluses , la chaleur est étouffante Scionzier, Marmaz, st Jeoire, Mieussy, taninges le ravito en eau faut que je fasse le plein.
    A moins de 5 kms de Samoëns mon fans club est la au bord de la route encourageant tous les cyclistes qui passent et surtout les femmes 750 seulement au départ.
    Voila Joux Plane ça tourne a gauche dans Samoëns, je regarde devant moi et hop tout a gauche le 27 dents tout de suite, 12 13 % pendant 12 kms T° au sol 40° + dur que le Luitel.
    1h 12' 19'' pour ce col j’ai vider mes 2 bidons dans Joux Plane.
    Dernière descente sur Morzine et c’est fini.
    sorties 2016

    sorties 2016

    sorties 2016

    sorties 2016

    sorties 2016

     

    Pascal.